marins                                                                         marins                                                                        
Un peu avant l'été,
Pendant que les chevaux courent et que les moteurs rugissent
Il y a toujours ce silence étrange dans l'air
Ce fracas imperceptible des vagues qui se cabrent et avancent
Dans un mouvement continu, le jour comme la nuit
Inondant les rues d'un bleu profond comme l'océan
Je pense à cette ville, aux personnes qui y vivent
À tout ce faste, à ces bêtes sauvages
Je pense à ces marins morts en mer
À ces orphelines endormies
Je pense à ce qu'il reste de ces choses-là
À ce qu'il restera de ces journées printanières
De ces nuits ensoleillées, où l'on oublie tout
Et je me rappelle qu'ici je ne suis que de passage
Comme ces souvenirs, emportés
Par les rêves et les marées
                                           

A bit before summer
While horses run and engines roar
There's always this strange silence in the air
This imperceptible clash of waves
Rearing up and pushing forward
In a continuous movement, by day just as by night
Flooding the streets with a blue deep as the ocean
I think about this town, about the people living here
About all this pomp, these wild beasts
I think about these sailors drowned at sea
About these sleeping orphans
I think about what's left of these things
What will remain of these spring days
Of these sunny nights, in which we forget everything
And I remember that I am only passing through
Like these memories, taken away
By dreams and tides
                                                                        marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                     marins                                                                        
"Quand je me suis promené dans l'exposition, j'ai été fasciné par le mur du fond. C'est un mur bleu. C'est un mur à la manière d'Yves Klein. On est dans le bleu, on plonge dans le bleu. On plonge dans une Deauville céruléenne, azuréenne. C'est la nuit en plein jour. C'est une nuit bleue, c'est une nuit qui réenchante Deauville, qui fait que la ville, tout à coup, a cet aspect un peu curieux, que l'on retrouve dans certains films de Godard. Vous savez, dans Pierrot le Fou notamment, il y a ces séquences totalement bleues. Et bien, il y a ce côté pop chez Nyima Marin, qui m'a vraiment beaucoup intéressé et beaucoup marqué. Ce que vous verrez derrière, c'est vraiment l'essence de Deauville. C'est une ville-cinéma, ce sont dix-neuf photogrammes qui se déroulent à hauteur de regard, comme le long d'un celluloïd, pour raconter une histoire. L'histoire que l'on veut, bien évidemment."

Thierry Grillet, Directeur de la diffusion culturelle, BNF
                                                                        marins                                                                        
Cette série a été réalisée au cours d'une résidence d'un mois à Deauville, dans le cadre du festival Planche(s) Contact. Ce travail y a été exposé tout le mois de novembre 2017, pendant le festival.

This series has been created during a one month residency in Deauville, as part of the Planche(s) Contact festival. This work was exposed in november 2017, during the festival.